Empirisme, incrément et itération

Empirisme, incrément et itération

Quand on s’intéresse à la méthodologie Agile et à la méthode Scrum, on découvre des termes savants qu’il est bon de clarifier.

La premier, l’empirisme. On dit de Scrum qu’il est un processus empirique.

En philosophie, l’empirisme s’oppose au rationalisme. Pour les philosophes rationalistes, les idées sont innées. La seule source de connaissance est la raison. Ils défendent la toute-puissance de l’esprit et de la logique.

Pour les partisans de l’empirisme, opposés aux rationalistes, la connaissance n’est pas innée mais dérive de l’expérience. Toute connaissance est acquise a posteriori, par le biais de l’observation et de l’expérience sensible.

Si on applique cette définition à Scrum, on peut affirmer qu’il s’agit d’une méthode de gestion de projet qui privilégie les faits mesurables, l’observation et l’expérience. Plutôt que les plans fictifs (comme c’est le cas dans des projets développés selon la méthode « Waterfall »).

Ce concept d’empirisme se retrouve dans les trois piliers de la méthode Scrum. Rappelez-vous : la transparence, l’inspection et l’adaptation. A la fin de chaque Sprint, on inspecte ce qui a été développé et on l’adapte si nécessaire. Donc, forcément, avec Scrum, on apprend en expérimentant.

Autre terme rébarbatif, beaucoup utilisé en Scrum : l’incrément.

Un incrément est, basiquement, « ce qui vient s’ajouter ». Un ajout, une rallonge si vous préférez.

En Scrum, l’incrément est une partie du produit à délivrer, une étape concrète vers l’objectif final.

L’incrément du produit est composé de tâches appelées User Stories (US). A la fin de chaque sprint, un incrément est délivré par l’équipe Scrum et vient enrichir les incréments délivrés précédemment.

La somme des différents incréments compose le produit à délivrer. Chaque incrément apporte de la valeur au produit final.

Enfin, il y a le concept d’itération. Initialement, je pensais qu’itération et incrément étaient deux synonymes. En fait, non.

« Un processus itératif est un processus dans lequel une série d’opérations est répétée de manière cyclique, avec l’intention de se rapprocher de plus en plus d’un certain résultat désiré. »

Donc, Scrum est un processus itératif vu qu’il fonctionne par cycles courts de développement, appelés sprints. Et ce qui est produit à la fin de chaque de ces cycles (sprints) est appelé un incrément, à savoir une partie du produit final. Par ce fait, Scrum est également un processus incrémental vu qu’il préconise une approche dont l’objectif est de produire davantage de valeur à chaque cycle (sprint).

Allez, c’est limpide ! On peut passer à la suite…

PS : un autre terme me questionne, celui d’Intelligence collective. J’y reviendrai plus longuement, promis !

Une réflexion sur “Empirisme, incrément et itération

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s